22ème session ordinaire du CSF-UMOA : Les évolutions récentes de l’environnement macroéconomique examinées

0 27

Le Comité de Stabilité Financière dans l’UMOA (CSF-UMOA) a organisé, jeudi 15 décembre 2022 à Dakar, dans les locaux du Siège de la Banque Centrale, sa vingt-deuxième session ordinaire du Comité de Stabilité Financière dans l’UMOA. C’est le Président statutaire du CSF-UMOA Monsieur Jean-Claude Kassi BROU qui a lancé les travaux. Il a été procédé à l’examen des principales évolutions au plan macroéconomique.

Le Président de l’Autorité des Marchés Financiers de l’UMOA, le Président de la Commission Régionale de Contrôle des Assurances, les Vice-Gouverneurs de la BCEAO, les Membres du Comité de Stabilité Financière, les Représentants des Etats membres de l’UMOA ont passés au peigne fin, les principales évolutions récentes de l’environnement macroéconomique et financier de l’UMOA ainsi que les perspectives de la sous-région.

A l’occasion du lancement des travaux, le président statutaire du Comité de Stabilité Financière dans l’UMOA (CSF-UMOA), le Gouverneur de la BCEAO, Jean-Claude Kassi BROU a remercié les participants à cette session qui est la première qu’il a l’honneur de présider depuis sa prise de fonction en qualité de Gouverneur de la BCEAO et Président de cet important organe. Il a également  remercié les participants au symposium organisé dans le cadre des célébrations marquant le soixantième anniversaire de la BCEAO et la cérémonie de son installation dans les fonctions de Gouverneur de la Banque Centrale, les 24 et 25 novembre 2022. Le gouverneur a aussi rendu un hommage vibrant à son prédécesseur, le Vice-Président de la République de Côte d’Ivoire, son Excellence Monsieur Tiémoko Meyliet KONE, pour son action déterminante dans le renforcement de la stabilité du système bancaire et financier de l’UMOA, une des missions fondamentales de la Banque Centrale.

Le gouverneur Jean-Claude Kassi BROU a précisé que « notre rencontre intervient dans un contexte particulier, marqué par des crises multiformes (sanitaires, géopolitiques, économiques et financières), qui constituent de sérieuses menaces à la stabilité financière mondiale ».  En effet, ajoute-il,  « l’économie mondiale traverse, depuis le début de l’année 2022, une période particulièrement difficile marquée par de fortes pressions inflationnistes jamais enregistrées depuis plusieurs décennies et par un resserrement important des conditions financières au niveau international. Ces multiples mutations de notre environnement ont notamment entraîné un ralentissement de l’activité économique mondiale. Cette situation trouve partiellement ses sources dans le renchérissement des cours des matières premières et des produits énergétiques ainsi que dans l’accentuation de la perturbation des chaînes d’approvisionnement. Au niveau de l’UMOA, les Etats subissent de plein fouet les répercussions négatives de cette conjoncture internationale défavorable. Malgré la résilience des économies avec une croissance qui reste positive, notre Union fait face à une hausse des prix, en particulier celle des produits alimentaires, qui a sensiblement renchéri le coût de la vie des populations, notamment les groupes vulnérables. Les mesures de subvention prises par les Etats pour limiter l’impact de ces hausses, combinées au resserrement des conditions de financement sur les marchés internationaux de la dette, ne sont pas sans impact sur la politique monétaire ainsi que sur la politique budgétaire de nos Etats ». Pour le président du CSF-UMOA, il sera procédé à l’examen de  la note préparée par le Groupe d’Experts sur les principales évolutions récentes de l’environnement macroéconomique et financier de l’UMOA ainsi que sur leurs implications pour la stabilité financière de la zone. « A ce titre, les projections macroéconomiques dans l’Union font ressortir la résilience de notre zone monétaire. La poursuite de ce dynamisme de la production s’est néanmoins accompagnée d’une hausse du taux d’inflation, qui s’est situé à 8,3% en septembre 2022. Toutefois, cette résilience pourrait se fragiliser dans l’hypothèse où ces chocs multiples viendraient à s’intensifier davantage ou à se prolonger dans le temps. A cet égard, l’évolution de ces vulnérabilités et leurs impacts sur les économies et le secteur financier de l’Union méritent une attention particulière de la part des Autorités de régulation et de supervision que nous sommes », a indiqué le Président statutaire du CSF-UMOA Monsieur Jean-Claude Kassi BROU au lancement des travaux de la vingt-deuxième session ordinaire du Comité de Stabilité Financière dans l’UMOA.

Par Abdul Wahab ADO

Leave A Reply

Your email address will not be published.