Impacts de la guerre en Ukraine : La Cnuced table à 2,2% en 2023 le ralentissement de l’économie mondiale

0 31

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (Cnuced) dans sa nouvelle étude sur « le commerce et le développement 2022 » indique une baisse de 2,5% en 2022 à 2,2% en 2023. Dans son rapport 2022 sur « le commerce et le développement » la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (Cnuced) annonce  que les chocs du côté de l’offre, la perte de confiance des consommateurs et des investisseurs, et la guerre en Ukraine ont provoqué un ralentissement mondial et déclenché des pressions inflationnistes, la croissance économique mondiale ralentira à 2,5 % en 2022 et tombera à 2,2 % en 2023. Ce qui, laisserait le Produit Intérieur Brute réel toujours en deçà de sa tendance pré-pandémique, coûtant au monde plus de 17 000 milliards de dollars, soit près de 20 % du revenu mondial. En ce qui concerne les économies en développement, leur taux de croissance moyen devrait tomber en dessous de 3 %, un rythme insuffisant pour un développement durable qui comprimera davantage les finances publiques et privées et compromettra les perspectives d’emploi. Selon le rapport, avec 60 % des pays à faible revenu et 30 % des économies de marché émergentes surendettés ou proches du surendettement, la possibilité d’une crise mondiale de la dette est élevée. Les pays qui montraient des signes de surendettement avant la pandémie, notamment le Sri Lanka, le Suriname et la Zambie, sont particulièrement touchés par le ralentissement mondial. Et les chocs climatiques augmentent le risque d’instabilité économique dans les pays en développement endettés.

Augmentation des taux d’intérêt pour les pays en développement

Le rapport de la Cnuced, au-delà des chocs climatiques, les hausses de taux d’intérêt dans les économies avancées frappent le plus durement les plus vulnérables. « Quelque 90 pays en développement ont vu leur monnaie s’affaiblir face au dollar cette année, plus d’un tiers d’entre eux de plus de 10 %. Les prix des produits de première nécessité comme la nourriture et l’énergie ont grimpé en flèche à la suite de la guerre en Ukraine. Et un dollar plus fort aggrave la situation, augmentant le prix des importations dans les pays en développement. Les conséquences sont dévastatrices pour les pauvres du monde entier, en particulier à une époque de stagnation des salaires pour la plupart des travailleurs », explique l’institution. Face à ces défis, la Cnuced suggère aux gouvernements, aux organismes et banques, de faire plus pour calmer les marchés des matières premières et lutter contre la spéculation sur les prix. Pour rappel, la  Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) a été créée en 1964. La CNUCED a pour objectif d’intégrer les pays en développement dans l´économie mondiale de façon à favoriser leur essor. Elle est devenue progressivement une institution compétente, fondée sur le savoir, dont les travaux visent à orienter le débat et la réflexion actuels sur la politique générale du développement, en s’attachant tout particulièrement à faire en sorte que les politiques nationales et l´action internationale concourent ensemble à faire émerger un développement durable.

Par A.A.

Leave A Reply

Your email address will not be published.