Transformation des matières premières sur place au Bénin: Exploitants agricoles et élus communaux découvrent les merveilles de la Gdiz

0 76

Le nombre de visiteurs sur le site industriel de Glo-Djigbé s’est considérablement accru cette semaine avec la visite des acteurs du monde agricole accompagnés pour la circonstance des élus communaux et municipaux. Une initiative de la Chambre Nationale de l’Agriculture du Bénin (CNA-B) et la Société d’Investissement et de la Promotion des importations (SIPI-BÉNIN)

Ce jeudi 16 mai 2024 consacre la troisième journée de la visite guidée conjointement organisée par CNA-B et la SIPI-Bénin, démarrée depuis mardi 14 mai 2024. Comme au début, deux vagues composées des exploitants agricoles, producteurs, élus communaux, etc, entre étonnement, stupéfaction, émerveillement, ils ont vu et ont cru à ce qu’ils pensaient être jusqu’à alors une fiction, une plaisanterie ou un conte de fées. Et pourtant, c’est une vérité, une réalité absolue. Ces industries lourdes qui transforment sur place les matières premières locales sont bel et bien implantées dans la ville mégalopole, la cité dortoir du Bénin, Abomey-Calavi située à quelques encablures de Cotonou.

Comme il est une tradition à la Gdiz, les visiteurs ont été suffisamment briefés par les responsables de la SIPI-BÉNIN SA avant de descendre sur le terrain. Des échanges sur la description de la première phase de ce projet pharaonique sur plus de 400 ha et unique en Afrique. Une mine d’informations a été mise à la disposition des hôtes de la Gdiz et de Sipi-Bénin, pour montrer que le Bénin est vraiment sur la bonne voie et donc capable d’assurer son propre développement durable.

Introduits dans la salle à maquette, les visiteurs découvrent une autre phase de ce projet défini sur une superficie totale de 1640 ha. Encore de la place pour de potentiels investisseurs. Cette exploration de la Zone économique et sociale de Glo-djigbé par les producteurs agricoles a été l’occasion pour ces derniers, de toucher du doigt un véritable catalyseur de croissance agricole et industrielle. Ces agriculteurs venus de grandes localités agricoles à savoir : Kandi, Segbana et Banikoara, ont reçu une immersion totale dans à Glo-Djigbé Industrial Zone. Ceci, avec la présence effective des maires de Kandi et Ségbana et du Premier Adjoint au Maire de Banikoara.

Une fois au contact de ce joyau industriel made in Benin, les doutes se sont dissipés, le scepticisme laisse place à l’optimisme. Les visiteurs n’en revenaient pas. Ce qu’ils ont vu sort totalement de l’entendement. « Donc nous sommes au Bénin ? », lançait, l’air joyeux et péremptoire, un exploitant agricole de la trentaine qui opère dans la culture des produits vivriers. « Que c’est énorme, nous sommes sauvés », repris un autre, lui producteur de coton qui découvre désormais les traitements subis par leurs productions désormais sécurisées et entourées de tous les soins possibles.

L’objectif de cette visite guidée, faut-il le rappeler, est de sensibiliser les producteurs sur les opportunités offertes par la Gdiz en matière de transformation locale de leurs produits. Il s’agit de susciter en eux un nouvel élan patriotique à plus de productivité et surtout provoquer l’implication active des autorités communales ainsi que les acteurs de la communauté économique. Les agriculteurs ont été captivés par cette expérience unique transformatrice au Bénin. Un grand monde d’opportunités, où des infrastructures modernes et des incitations fiscales attrayantes s’offrent pour garantie pour des investissements productifs et sécurisés.

Incontestablement, l’avènement de la Gdiz révolutionne le paysage agricole et industriel du Bénin. Une révolution qu’il faut partager avec tous les citoyens et surtout les premiers acteurs. La démarche a inspiré la Chambre Nationale d’Agriculture du Bénin et la Sipi-Bénin SA qui ont sorti la parade idoine pour sensibiliser les producteurs sur les opportunités offertes par la Glo Djigbé Industrial Zone (GDIZ) en termes de transformation locale de leur production et les exhorter à accroître leur rendement pour satisfaire à la demande des différentes unités de transformation.

Producteurs, exploitants agricoles et autres ont été donc témoins d’unités de transformation de pointe transformant les produits locaux en produits à valeur ajoutée, notamment des textiles « Made in Benin » et des produits dérivés du coton prêts à l’exportation. Les agriculteurs ont promis leur engagement indéfectible à contribuer à la prospérité de leur nation par le développement de la zone. Ils ont envisagé un avenir où l’agriculture et l’industrie s’entremêlent, propulsant le Bénin vers un âge d’or de croissance économique et de développement durable.

Au cours de cette troisième journée de visite de la zone industrielle, les entrepreneurs agricoles, les transformateurs, ont pu visiter les différents unités de production et de transformation des matières premières notamment le Cajou (KAJU), le Coton (Btex), le Soja (Bénin Organics), toutes installées sur le site de la GDIZ qui couvrent près de 400 hectares exploités. Des engagements ont été pris pour porter loin l’information et surtout encourager la production pour permettre à ces usines ultramodernes, de tourner à plein et sauvegarder les nombreux emplois créés.

Leave A Reply

Your email address will not be published.